vendredi 15 mai 2020




COMITÉ
BRETAGNE-GALICE

Kevredigezh Breizh-Galiza
Asociación Bretaña – Galicia
               
                     Bulletin N° 64 – Mai 2020 Siège : Mairie de Mur de Bretagne – 22530.
Adresse postale : 3 Rue Yves de Kerguélén – 56000 Vannes. Téléphone : 02.97.40.72.40.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
TRISTE PRINTEMPS - TRISTE PRIMAVERA .......

Qui aurait imaginé, il y a deux mois, en lisant notre bulletin de mars que, quelques jours après, notre monde se serait figé, tous les continents étant frappés par un mal aussi soudain que brutal.
Aucun pays n'a été épargné et les mesures ont été, à des degrés divers, les mêmes partout : fermetures des commerces, espaces sportifs et culturel, confinement de la population.

Il semble que ces mesures portent leurs fruits et que nous nous acheminions vers des jours meilleurs car la sortie de cette crise sanitaire, marquée un nombre de décès considérable, doit conduire à une remise en cause d'un modèle économique basé sur le seul profit financier, la destruction de notre environnement.
En attendant ces "lendemains qui chantent", nous nous consolerons avec ces jolies clochettes que nous adresse l'Alliance Française de Vigo. Qu'elles apportent à tout un chacun joie et bonheur.

REPORTS, ANNULATIONS ....
La période que nous traversons est bien triste sur la plan culturel, les reports et annulations se succèdent tant en Bretagne qu'en Galice (et partout ailleurs ...). "Printemps des sonneurs" de Brest auquel devait participer la "Banda Arume De Malvas" de Pontevedra, "Vieilles charrues", Festival de harpes d'Ancenis, Festival de Cornouaille, Fête des Brodeuses, Saint-Loup, Festival Interceltique, Celtiques de Guérande .... et tous les "petits" festivals locaux qui concourrent eux-aussi à la vitalité de notre culture. Quant à la Redadeg, elle est reportée au 21-29 mai 2021.
En Galice, le Festival Interceltique du Morrazo, à Moaña, se tiendra malgré tout à la fin octobre prochain, mais le Festival d'Ortigueira qui devait accueillir la Kevrenn Alre, est annulé et reporté du 14 au 18 juillet 2021. Nos amis nous envoient via facebook ce sympathique message:

En août 1978, l'École de Gaitas d'Ortigueira faisait entendre pour la première fois les gaitas galiciennes au Festival Interceltique de Lorient. Cette année, nous avons eu le bonheur d'être retenus pour porter à nouveau notre musique au 50° anniversaire du plus grand festival de musique celtique du monde mais cela ne pourra se réaliser, la santé d'abord !
 C'était un beau rêve pour les musiciens de notre École mais nous pouvons vous assurer que nous serons à Lorient en 2021 ! Recevez le salut de la délégation galicienne et bon courage à tous!"

En agosto de 1978 a Escola de Gaitas de Ortigueira levaba por primeira vez as gaitas galegas ao Festival Interceltique de Lorient, na Bretaña Francesa. Este 2020, tiñamos a sorte de ser elexidos para levar a nosa música ao 50 aniversario do maior festival de música celta do mundo, mais non puido ser, xa que a saúde é o primeiro!
Esta era unha das grandes ilusións deste verán para xs músicos da Escola, ainda que agardamos poder darvos a boa nova de que a EG estará en Lorient en 2021!
Dende aquí enviamos un saúdo e moito ánimo a toda a organización e aos compañeiros da Delegación Galega!

..... NOUVELLES SOLIDARITES
Cette période a été marquée à la fois par un retrait sur soi mais aussi par l'émergence de solidarités nouvelles. Si notre espace vital s'est restreint, les gens se sont retrouvés de diverses manières, manifestant leur soutien aux personnels soignants notamment par des applaudissements le soir depuis leurs balcons, où par l'utilisation (positive) des moyens modernes de communication. En Galice comme en Bretagne, les acteurs culturels ont imaginé et partagé des formes originales pour maintenir le lien avec leurs publics.
Ainsi, nombre de chanteurs et bagadous ont organisé des cours et répétitions virtuelles, mobilisé playmobil, legos et Barbies pour réaliser des animations comme la Kerlenn Pondi qui a repris son spectacle "Ael", https://www.youtube.com/channel/UCyba8xlYIZfuYB0yv9xSHvg des mosaiques musicales, entonné le "Bro Gozh ma zadou" comme l'a fait Claude Nadeau, titulaire des orgues de l'église Saint Cornély Carnac:
https://www.youtube.com/watch?v=SRLtAP0xgvc      Relevons aussi cette interprétation de Clarisse Lavanant:

 
Il en est de même en Galice. Ainsi Susana Seivane se produit tous les soirs sur son balcon où dans les rues de  Cambre avec ses "retoños" (ses "rejetons", Fiz, âgé de 8 ans et Antón, cinq ans)) et ses neveux :


"XOSÉ SEIVANE, LA GAITA AVEC UNE MAJUSCULE" :
Une biographie de Xosé Manuel Seivane, fondateur de la "dynastie",  est en cours de publication (en galicien) aux éditions Canela. L'auteur, Xosé Manuel Sánchez Rei, en collaboration avec notamment Pedro Lamas, Daniel Bellón et Vicente Ansola, y retrace la vie de cet autodidacte qui fabriqua lui-même sa première gaita en 1939 jusqu'à son décès, en 2012, Soixante-dix ans de passion musicale autour de la gaita et de la musique populaire galicienne. Et un héritage toujours vivant comme l'atteste la qualité des instruments de l'entreprise de Cambre mais aussi  l'amour que lui portent ses descendants dont, bien sûr, Susana..


Desde hoxe pódese facer a reserva-precompra, con desconto e mentres non o recibamos, do novo libro de 468 páxinas adicado a Xosé Seivane, escrito por Xosé Manuel Sánchez Rei, con prólogo de Xosé V. Ferreirós e colaboración de Pedro Lamas, Daniel Bellón e Vicente Ansola, entre outros.
O libro está xa na derradeira fase de fabricación e sobre o seu contido hai información na nosa web 
www.editorialcanela.gal , onde tamén se pode botar unha visual ás partes do seu contido.
Tan pronto o recibamos nos nosos almacéns, comezaremos os envíos, que serán entregados en 24 horas.
Grazas pola confianza e apoio ao noso proxecto cultural-editorial. 


UN MINI-CONCERT DE CARLOS NUÑEZ EN TEMPS DE CONFINEMENTS :
Bien que nos portes soient peu ouvertes en ces temps de confinement, les moyens modernes de communication nous offrent une extraordinaire fenêtre sur le monde, permettant de merveilleux échanges.
Ainsi, deux jeunes asturiennes ont réalisé en legos un concert de Carlos Nuñez ! Carlos les félicite sur sa page facebook :
Nuestras amigas Bárbara Alfonso Testa y Estrella Testa han compartido con nosotros un ejemplo de como con imaginación e ingenio todo es posible: Un mini concierto en su casa. Felicidades y sobre todo muchas gracias por esta sorpresa! Ojalá pronto podamos volver a vivir todos juntos la magia del directo!
Carlos apparait entouré de ses musiciens: il y a bien sûr son frère, Xurxo, la très dynamique accordéoniste asturienne Itsaso Eligoien et même Dan Ar Bras !

DONATIEN LAURENT, JEAN-YVES VEILLARD, LOUISE EBREL .....
Ethnologue, musicologue et grand spécialiste de la littérature orale bretonne, Donatien Laurent, né le 27 septembre 1935 à Belfort, nous a quitté le 25 mars.
D'origine brestoise et nantaise, il a appris la langue bretonne, la danse et la musique bretonne, étudié la culture celtique. Dans la lignée de chercheurs tels François-Marie Luzel ou Anatole Le Braz, il fut l'un des premiers ethnologues à analyser la culture orale et la tradition chantée en Bretagne, alternant, dès 1956, collectes sur le terrain et travaux de réflexion sur documents existants. Ses recherches les plus importantes l'ont fait remonter aux origines de la gwerz de Louis Le Ravallec, la gwerz de Skolvan (proximité avec des textes du Livre noir de Carmarthen), et surtout "Aux sources du Barzaz Breiz", sa thèse d’État publiée en 1989 après avoir retrouvé les carnets de collecte de l'auteur, La Villemarqué.
Il a dirigé  pendant douze ans le Centre de recherche bretonne et celtique de l'Université de Bretagne occidentale (Brest).
En 2015, Dastum en partenariat avec le CRBC et avec l'aide de Laurent Bigot, a mis en ligne une partie du travail de documentation du fonds numérisé de Donatien Laurent, soit cent trente-six enquêtes, réalisées principalement en Basse-Bretagne du milieu des années 1950 à  la fin des années 1970.
Il laisse à la Bretagne une œuvre considérable tant par sa densité que par sa quantité.
Parmi les nombreux hommages qui lui ont été rendus, relevons celui de Carlos Nuñez
Donatien Laurent, l'un des plus grands de la musique de Bretagne, vient de nous quitter. Donatien a été l'un de mes principaux sages informateurs pour le livre " La Confrérie des Celtes " et pour le disque " Un Galicien en Bretagne ". Pour Donatien, la musique celtique n'était pas un rêve, mais une réactualisation continue depuis des milliers d'années, vivante dans notre tradition. Merci Maestro !
Carlos a publié cette photo de Jacques Bernard  prise lors d'un concert à Brest.

Donatien Laurent, uno de los más grandes de la música de Bretaña, acaba de dejarnos. Donatien fue uno de mis principales sabios informantes para el libro “La Hermandad de los Celtas” y para el disco “Un Galicien en Bretagne”. En esta foto para el recuerdo me estaba contando, feliz, antes de nuestro último concierto en Brest, como, al igual que estaba demostrado que Macpherson no se había inventado la poesia y la música Ossiánica, él había encontrado los “carnets de route” originales de La Villemarque que publicaría en el “Barzaz Breiz” que contenían entre ellos un gwerz que tenía como protagonista al mismísimo Merlín. Para Donatien, la música celta no era un sueño, sino una continua reactualización desde hace miles de años, viva en nuestra tradición. Gracias Maestro!







Jean-Yves Veillard nous a quitté, lui,  quelques jours après Donatien Laurent.
Grande figure rennaise, historien, Jean-Yves Veillard a marqué de son empreinte le Musée de Bretagne (dont il
fut le conservateur de 1967 à 2000), mais aussi l’Écomusée du pays de Rennes.

Il a contribué fortement à faire évoluer la conception du patrimoine en Bretagne et a publié avec Alain Croix, le   Dictionnaire du patrimoine breton  publié aux   éditions Apogée en 2000.
Militant de la cause bretonne, membre fondateur de l’UDB, passionné de danse et de chant traditionnel, humaniste, il a eu à cœur de créer des ponts entre les différents genres et de rendre justice aux dimensions populaires de la culture.
   Directement ou indirectement, il est à l’origine de liens fructueux tissés entre le monde des musées et celui des musiques traditionnelles, notamment Dastum et son pôle associé en pays de Rennes, l’association La Bouèze, dont il assura même la présidence pendant un temps, au début des années 2000.  

Et voilà Louise Ebrel qui nous quitte aussi.
Née en 1932 à Treffrin, près de Carhaix, Louise Ebrel a toujours chanté. Fille d'Eugénie Goadec, l'une des trois soeurs qui composaient le trio du même nom, et de Job Ebrel, lui-même chanteur reconnu, elle avait été élevée au son de la langue bretonne et de ses chants.
Mais c'est sur le tard, une fois en retraite après s'être consacrée à sa famille, que Louise monte sur les planches pour la première fois en 1973, aux Fêtes de Cornouaille. Elle y rencontre Denez Prigent avec qui elle chantera pendant 17 ans, enchainant fêtes et festival en Bretagne mais aussi en France et en Europe.
 En 1994, elle enregistre un disque avec sa mère Eugénie Goadec, le dernier enregistrement de cette dernière décédée en 2003, "Gwrizioù" (Racines). Elle chante avec Yann-Fañch Kemener, Red Cardell, le Bagad Roñsed-Mor et tous les grands noms de la chanson bretonne, réalise plusieurs enregistrements: "Tre Tavrin ha Sant Voran" (avec Ifig Flatres), "Me Zad Me Mamm" (Mon Père Ma Mère), puis à partir de 2006, plusieurs enregistrements et concerts avec les "Ramoneurs de Menhirs".
Louise Ebrel nous quitte à 87 ans mais laisse derrière elle une carrière, une vie riche en enseignements et une grande voix nous manquera.

CONFI'DEIZ : UN FESTIVAL CULTURAL VIRTUAL DE KENDALC'H.

Nacida en 1950 en Quimper, la confederación Kendalc'h ("mantener" en bretón) lleva diez años organizando, a finales de abril, un festival de danza llamado Tradi Deiz. Este festival reúne a unos cincuenta grupos cada año, o alrededor de 1500 bailarines. Es un verdadero arco-íris de colores, los trajes de cada uno compiten en gracia y belleza. Y por la noche, miles de espectadores acuden al desfile, demostrando así su apego a la cultura bretona, una cultura viva y dinámica.
Pero, este año, ha sido diferente. El feo "corona virus" ha cortado todos los eventos deportivos y culturales del calendario.
Para mantener el vínculo con sus miembros, Kendalc'h pensó en organizar un festival virtual a través de Facebook: se ofrecieron desafíos culturales, concursos y la iniciativa, preparada en muy poco tiempo, tuvo gran éxito. Felicitaciones a los activistas de Kendalc'h y a los muchos participantes en esta manifestación inusual que atestigua el vigor de la cultura bretona.

UN COLLECTIF POUR LA DEFENSE DE LA LANGUE BRETONNE:
Yvon Ollivier a réuni le 14 février un collectif d’artistes, d’auteurs et d’universitaires parmi lesquels Yann  Tiersen, Frank Darcel, Tri Yann, Gilles Servat ou Nolwenn Korbell… pour interpeller la Région et son président Loïg Chesnais-Girard sur la politique de défense de la langue bretonne.
Ce collectif a germé à l’occasion de la francisation de noms de lieux-dits, voici quelques mois, à la suite de l’affaire de Telgruc.
"Nous avions réalisé une première lettre ouverte qui avait été signée par plus de soixante-dix artistes" indique Yves Ollivier." Nous avons repris à peu près la même formule pour réagir sur la politique linguistique actuelle de la Région qui est un échec. Il faut dire les choses clairement. Depuis quinze ans, on est toujours à 3 % d’enfants en écoles bilingues . À ce rythme là, pour rattraper les Basques, il faudrait plusieurs siècles !”.
Aujourd’hui, la politique linguistique doit être la première des politiques de la Région. La priorité des priorités. Car c’est justement ce qui nous réunit, ce qui fait que nous sommes ensemble et ce qui nous différencie aussi de la mondialisation, qui fait de nous des gens différents. C’est cette idée que nos responsables politiques ont perdue.
Vous pouvez retrouver l'intégralité de cet entretien dans le magazine Bretons n°162 de mars 2020.   

BRITANNY FERRIES OUVRE UNE LIGNE DE FERROUTAGE SUR BAYONNE:

Effet du Brexit ? Du souci de transition énergétique comme l'affirme Jean-Marc Roué, PDG de Britanny Ferries ? L'ouverture à la concurrence du transport ferroviaire ?
Toujours est-il que la Britanny-Ferries soucieuse de renforcer sa position sur le frêt entre l'Irlande, la Grande-Bretagne et l'Espagne, va se lancer dans le transport sur rail et annonce une liaison Cherbourg - Bayonne pour avril 2021.  

L'objectif de la compagnie maritime est de faire de la capitale du Cotentin une porte d’entrée vers l’Irlande, le Royaume-Uni, et l'Espagne dans le contexte du Brexit.
Chaque jour, un train parcourra les 950 km reliant le Nord Cotentin au Pays Basque en passant par Le Mans, Poitiers et Bordeaux. Un autre fera le trajet inverse. Le convoi mesurera 750 mètres de long, comportera 22 wagons (fabriqués en Alsace) qui permettront de transporter   80 remorques de camions par jour, soit  25 000 par an.   L'
investissement sera de l'ordre de 30 millions d’euros soit bien moins que pour un nouveau navire, qui vaut entre 150 et 200 millions d'euros selon Jean-Marc Roué.

Brittany Ferries y Ports de Normandie lanzan un proyecto de ferroutage, vía Cherburgo, y Baiona que enlazará Gran Bretaña, Irlanda y España  en el 2021.

LA VIE DES JUMELAGES:

Assurément, la vie des jumelages est perturbée par les contraintes liées au confinement.
Juste avant l'entrée en vigeur de ces mesures, le Comité Guerlédan-Sarria a pu organiser le 7 mars son repas annuel: 250 personnes y ont participé autour d'une paella et d'un spectacle de flamenco animé par la MJC de Saint-Brieuc.
En attendant des jours meilleurs, ils adressent à leurs amis galiciens, via facebook, un joli bouquet breton:
Hola ! Les mûrois espèrent que leurs amis de Sarria vont au mieux dans cette terrible période de confinement. Ceux qui ont un jardin en profitent un maximum. Chez nous les écoles doivent ouvrir progressivement à partir du 11 mai. Les bars et restaurant on ne sait pas encore. Les festivals sont annulés au moins jusqu'à juillet et après rien n'est sûr. On nous demande de limiter nos déplacements même cet été. Et chez vous quelles sont les nouvelles?? Nous vous souhaitons tout le meilleur et prenez soin de vous! besos a todos.

Par contre, celui de Lesneven a du reporter son le sien prévu le 17 mai. Nos amis finistériens se consoleront en apprenant que la mosaique du jumelage est achevée et qu'ils sont attendus en Galice pour l'inauguration !


AS PONTES: LA MOSAIQUE ACHEVÉE:
Nous avions annoncé dans notre précédent bulletin que la municipalité d'As Pontes s'était engagée dans un important travail de rénovation urbaine passant par la réalisation de grandes fresques constituant un musée à ciel ouvert.

Le thème de la fresque est "deux peuples, une même mère". Il est ici représenté par deux ventres de femmes enceintes sur lesquels est "tatoué" un triskel, symbole de celtitude.


L'œuvre de Xurxo Guitián et du groupe DELOGA, est une vaste mosaique de photos destinée à célébrer les 30 ans du jumelage de la commune avec Lesneven. Les initiateurs tiennent à remercier les familles qui ont maintenu ce formidable échange, ainsi que les deux municipalités, les deux Comités de Jumelage et notre Comité. Le "collage" est terminé et a nécéssité exactement 6.666 tesselles de visages de personnes, de paysages et de monuments, d'artisants, de symboles représentatifs de la Galice et de la Bretagne. La fresque de 4 mètres sur 2 sera prochainement exposée sur un mur de la ville, l'inauguration ne pouvant se faire comme prévu pour cause de pandémie.
Si vous avez adressé une photo, vous pouvez faire en sorte de la retrouver en cliquant sur le lien suivant et en baladant votre souris parmi les milliers de contributions: http://galizabreizh.estapaxina.es/                     


Dous pobos, unha mesma nai: Galiza e Breiz

Deux peuples, une même mère: Galice et Bretagne.

Xa está dispoñible a versión online do mosaico fotográfico realizado polo artista Xurxo Guitián.
Este collage trata de homenaxear a relación entre os pobos de As Pontes e Lesneven, que dende hai case 30 anos manteñen un vínculo moi especial !
Moitas gracias a todas as persoas que se animaron a participar cedendo as súas fotografías ou achegándose a facelas durante a Feira de Fungos e Cogomelos!
Se participaches na composición desta peza artística do proxecto "As Pontes enPezas" composta de 6.666 teselas de rostros de persoas, paisaxes, monumentos, artesanía, símbolos identitarios representativos de Galicia e Bretaña, pasa o cursor polas fotos para buscarte. +info: https://enpezas.aspontes.org/
De momento, o mural non se poderá instalar por razóns obvias, así que toca desfrutalo nesta ligazón http://galizabreizh.estapaxina.es/  ... e coa lupa por enriba para ampliar as imaxes a ver que descubrides.
E de ben nacidos é ser agradecidos, polo que debemos enviar un especial agradecemento para os centos de persoas que colaboraron na confección desta peza artística, e sobre todo ás familias de AsPontes e Lesneven que manteñen viva esta iniciativa tan fermosa, el Concello de As Pontes e Ville de Lesneven, Comité de Jumelage Lesneven-As Pontes, Comité Bretagne-Galice. Esperamos que vos guste e sobre todo, que sexades capaces de atoparvos!

BOQUEIXON COMMÉMORE SON SOULÈVEMENT CONTRE LES TROUPES NAPOLÉONNIENES:
L'occupation de l'Espagne par les troupes napoléonniennes laisse un souvenir toujours vivace en Espagne, de nombreuses reconstitutions historiques en témoignent. Outre la "Reconquista de Vigo", en Galice, près de Boqueixón (A Coruña), et plus précisément à Ponte Ledesma, les habitants célèbrent la résistance des 2.000 citoyens qui ont contré l'avance des troupes de Napoléon le 9 mars 1809, il y a 211 ans. Le pont sur l'Ulla, qui permet de se rendre de Boqueixón à Vila de Cruces (Pontevedra) a été le lieu de cette bataille que rappelle une stèle en hommage à ces paysans qui ont réussi à vaincre la "meilleure armée du monde".
La fête se déroule habituellement sur deux dimanches mais cette année seule la première représentation a pu se dérouler le 9 mars, la seconde ayant été annulée pour cause de coronavirus ....

************************************************************
53° CHAPITRE DE L'ORDRE DE LA 
VIEIRA À MADRID :
Le 53° Chapitre  de l'Ordre de la Vieira s'est tenu à Madrid en présence de Valentin Garcia, secrétaire général à la politique linguistique de la Xunta.
Le discours inaugural a été présenté par le journaliste Fernando Onega.
Constitué en 1968 par des galiciens résidant à Madrid, le "Très Honorable Ordre de la coquille" (*) est soutenu par la Xunta, son Conseil Culturel et le Secrétariat à l'Immigration, Son objectif est de maintenir et promouvoir la culture galicienne partout dans le monde d'autant plus que la diaspora galicienne est très disséminée sur l'ensemble des continents.
Valentin Garcia a rendu hommage à toutes les personnes et institutions qui assurent cette présence et notamment au professeur Xabier Gomez-Montero qui dirige le Centre d'Etudes Galiciennes de Kiel (Allemagne), intronisé parmi les nouveaux membres.
11autres nouveaux membres ont été intronisés lors de cette assemblée dont le chanteur Nando Arqueros qui a reçu la Coquille d'Honneur pour ses chansons "Vento do norte" et "Eu son de Galicia"
 (*) Difficile de traduire le mot galicien "enxebre". S'agissant d'un Ordre, nous pouvons retenir "Illustre", "Honorable". La "coquille" est une coquille Saint-Jacques emblème de l'institution. Un point commun avec l'Institut Culturel de Bretagne lequel remet chaque année son "Collier de l'Hermine" à des personnalités qui poursuivent le même type d'activités. Lors d'un voyage réalisé en 2012, plusieurs membres de l'ICB et des universitaires bretons ont d'ailleurs été intronisés parmi lesquels Donatien Laurent, Patrick Malrieux ...

*******************************************************

RENCONTRE VIRTUELLE ENTRE LE SECRETAIRE A L'IMMIGRATION ET LES GALICIENS DE MADRID ET d'EUROPE.

Le Secrétaire Général à l'immigration de la Xunta, Antonio Rodríguez Miranda, a organisé plusieurs visio-conférences avec les représentants de la diaspora galicienne à Madrid parmi lesquels le Centro Gallego de Madrid, la Asociación Cultural Xirandela, la Xuntanza de Galegos en Alcobendas, la Casa de Galicia en Alcorcón, la Banda de Música Albedro, le Centro Cultural Gallego Lembranzas, le Centro Gallego de Tres Cantos, la Asociación Galega Corredor do Henares, et les Centros Gallegos de Madrid et de Móstoles (photo).

L'objectif étant de savoir comment ils affrontent l'épidémie particulièrement sévère à Madrid. Comme chez nous, ces associations culturelles et de bienfaisance maintiennent, bien que fermées, le contact avec leurs adhérents grâce aux moyens modernes de communication.
La Communauté de Madrid est celle qui abrite le plus grand nombre de galiciens, à savoir 78.200 personnes.
D'autres échanges ont eu lieu avec les communautés galiciennes d'Europe dont Marseille. La France compte 19.300 galiciens et est le huitième pays d'accueil de cette diaspora.


UNE EXPOSITION DE L'ARTISTE ALFONSO OTERO REGAL Á MADRID:

La Casa de Galicia de Madrid a accueilli début mars l'exposition de sculptures, peintures et céramiques de l'artiste Alfonso Otero Regal, natif de Lugo :"Hai mulleres" ("Il y a des femmes").
Cette exposition s'est voulue comme un hommage au monde des femmes et au monde matriarcal galicien. L'origine remonte à un recueil de poésie portant le même titre, écrit par 48 auteurs qui ont écrit un poème sur la femme qui a le plus marqué leur sa vie, chaque poème ayant été illustré par Otero Regal.
L'inauguration de l'exposition s'est déroulée en présence du coordinateur des activités de la Casa, Ramón Jiménez, qui a rappelé que c'est la deuxième fois qu'Otero Regal expose à la Casa de Galicia.
 "La première en 1994, avait déjà suscité notre admiration. C'est une grande joie de le recevoir  à nouveau avec ce foisonnement d'oeuvres nouvelles qui témoignent de son enthousiasme créatif et de son travail infatigable"
Pour sa part, l'artiste a rappelé cette première exposition dont la clôture avait été réalisée par Manuel Fraga lui-même, admirateur de Regal et dont il aimait dire qu'il était "le meilleur potier de Galice et selon toute vraisemblance aussi du monde".
Otero Regal se consacre à la création depuis plus d'un demi-siècle, et il se souvient des trois femmes qui ont marqué sa vie et inspiré: son arrière-grand-mère, qui s'est retrouvée veuve avec huit enfants à l'âge de 33 ans seulement, sa grand-mère, et sa mère. Regal met en valeur la force des femmes galiciennes
Alfonso Otero Regal, originaire de Foz (Lugo), réside à Viveiro (Lugo) depuis 15 ans où il a acquis une ancienne usine de tannerie du 17ème siècle en ruine et l'a restaurée pour en faire un complexe culturel Regal-Xunqueira, avec deux musées  (l'un consacré aux céramiques et l'autre au travail du cuir), salle de réunions, bibliothèque ...  qui reçoit près de 10 000 visites chaque année.
En tant qu'artiste, Otero Regal a participé depuis 1968 à une trentaine d'expositions individuelles et plus de 200 expositions collectives. Il a illustré des livres, donné des cours, réalisé des peintures murales en céramique dans le monde entier.
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

VIRUS OÙ PAS, LA PETITE SOURIS PASSERA  Á CANGAS:

Oui, virus où pas, les petits galiciens comme tous les enfants du monde perdent leurs dents de lait et après avoir déposé la quenotte sous l'oreiller, ils attendent le passage de la petite souris ….
En Espagne, elle s'appelle "Ratoncito Pérez" et en Galice "Ratiño Pérez".
Pour lui permettre d'accomplir sa fonction, le Maire de Cangas  a pris un arrêté municipal le 30 mars. En voici la teneur : "Moi Don Xosé Manuel Pazis Varela, maire de Cangas fait savoir ce qui suit aux enfants de la commune, contraints de rester à la maison pour vaincre le mal, sans pouvoir sortir ni profiter de loisirs. Et je sais combien c'est difficile avec des enfants qui se portent si bien.
Pour cela, nous autorisons après de sérieuses discussions, Don Ratiño Pérez qui, après avoir pris les mesures nécessaires et utilisé les matériels indispensables, pourra visiter les maisons où quelques dents seront tombées. Nous lui donnons donc le permis de circuler s'agissant d'une activité essentielle pour rendre les enfants heureux, eux qui attendent avec courage la fin du confinement.
Et nous étendons si nécessaire cette autorisation pour honorer les captifs dont ce serait l'anniversaire.
Bravo les enfants pour votre patience, le virus sera vaincu et vous pourrez jouer à nouveau, soyez-en sûrs !".
Et bravo aussi, Monsieur le Maire, pour cette belle preuve de tendresse à l'égard des petits de Cangas.
 
                         ===============================================================================================================================================

Aucun commentaire:

Publier un commentaire