dimanche 2 septembre 2012

BULLETIN N° 18 - SEPTEMBRE 2012.


COMITE BRETAGNE-GALICE
Kevredigezh Breizh-Galiza
Asociación Bretaña – Galicia

Siège : Mairie de Mur de Bretagne – 22530.
Adresse postale : 3 Rue Yves de Kerguélén – 56000 Vannes.       Téléphone : 02.97.40.72.40.
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

EL BAGAD DE LANN BIHOUÉ DE FIESTA NACIONAL :
El 14 de julio no fue un día cualquiera para el Bagad (banda de música tradicional) de Lann Bihoué. Este año cumple los 60 años con muchos acontecimientos. Y la participación en el desfile de fiesta nacional por los Campos Elíseos, con el presidente de la República fue la cereza sobre el pastel. Y segunda cereza, el 15 tuvieron que tocar con Susana Seivane en el Festival Kann Al Louar en Landerneau ¡
El Bagad nació por casualidad a fines de agosto 1952. Los marineros estaban tomando una copita cuando un oficial, Pierre Rougemou vio una bombarda en el bolso de un marinero. No había tocado desde mucho tiempo, se apoderó del instrumento y se puso a tocar un aire tradicional. Los marineros se pusieron a bailar … Y pocos días después fueron catorce tocando.
Con la incorporación de marineros de la quinta en 1962 y con la ayuda de Polig Monjarret, el Bagad empieza una vida trepidante. Recordaremos que Monjarret recibió a Alvaro Cuinqueiro en 1964 y que encontraron el comandante de la base aeronaval: así un grupo de músicos de la banda pudo participar en las fiesta de Vigo en agosto del mismo año.
Hoy en día, el Bagad es el embajador de nuestra música y de Bretaña por todo el mundo ya que participa en muchos acontecimientos.
Este mes, celebrarán una gran fiesta de cumpleaños con la participación de los veterantes.
Para saber más: www.bagaddelannbihoue.com

LE CODICE RETROUVÉ:
Un an après sa disparition, le Códice Calixtino a été retrouvé dans un garage du quartier de Milladoiro à Saint Jacques de Compostelle. Si le célèbre groupe folk n’a rien à voir avec l’affaire, c’est un électricien d’une soixante d’années qui effectuait des petits boulots à la cathédrale qui est l’auteur des vols. « Des » car outre le précieux ouvrage, il avait aussi dérobé d’autres livres anciens comme le Libros de las Hora, une somme de 1.200.000 euros, et de nombreux objets de culte. Le tout entreposé dans un garage désaffecté qui était le siège de l’association de quartier présidée par ... l’auteur du vol ! Lequel est présenté comme un personnage au comportement curieux qui ne manquait pas d’aller prier chaque matin à 7h30 précises revenant ainsi régulièrement sur le lieu du délit. Il semble que l’ambiance n’était pas des plus amènes au sein de la cathédrale et que le prévenu se soit vengé du doyen avec qui ses relations étaient plutôt ombrageuses. Bref, l’essentiel est que le Codice et autres objets aient pu être récupérés en bon état.

3ème congrès des jumelages et de la solidarité internationale de l'Ouest
samedi 13 octobre 2012 à Pontivy (56).
Destiné aux élus municipaux et aux responsables des comités de jumelage des villes possédant un ou plusieurs jumelages, et également aux établissements scolaires. Pour toute information et inscriptions : Mickaël Le Botlan, Comité des Jumelages et Amitiés des Pontivyens, 142 rue Roger Le Cunff, 56300 Pontivy. 
Tél : 02.97.25.40.00.  www.comitedejumelage.eu    email : president@comitedejumelage.eu
Adieu Albert Trévidic.
Albert Trévidic nous a quittés ce 14 juillet. Né en juin 1921, dans un milieu bretonnant, instituteur, puis économe à l'hôpital de Carhaix, Albert Trévidic a consacré sa vie à la défense de la langue et de la culture bretonnes.
Avec Loeiz Roparz, il avait été à l'origine du renouveau des festoù noz et procédé avec Polig Monjarret à de nombreux collectages de chansons, Polig notant les airs tandis que Albert copiait les textes. Ils ont ainsi sauvé de l'oubli un nombre important d'airs et de textes. Albert était également à l'origine du Cercle Celtique de Carhaix et du premier Bagad structuré, la Kevrenn SNCF-Karaez en 1948. (Photo : Polig Monjarret et Albert Trévédic à droite lors de la présentation du bagad). Il a également exercé durant de nombreuses années la fonction de secrétaire général de la FALSAB (Fédération des Amis des Luttes et Sports Athlétiques Bretons).
Le 29 septembre 1990, Albert a reçu de l’Institut Culturel de Bretagne le collier de l'Hermine qui distingue ceux qui ont œuvré pour la culture bretonne.

HISTORIAS DE CAMINOS ….
Todos los bretones conocen el Camino de Santiago pero, ¿ conocen los gallegos el Tro Breiz(h) ?
Se trata de una peregrinación por Bretaña : Tro significa “vuelta a” y Breiz(h), Bretaña.
Durante la Edad Media, el peregrino tenía que honrar a los sepulcros de los siete santos fundadores de Bretaña : Brieuc et Malo en Saint Malo, Samson en Dol-de-Bretagne, Patern en Vannes, Corentin en Quimper, Pol Aurélien en Saint-Pol-de-Léon y Tugdual en Tréguier.
Los santos llegaron desde Gales, Cornualles en los siglos V y VI y cristianizaron nuestra península.
La peregrinación era tan importante como las de Roma, Jerusalén o ... Compostela.
El Tro Breiz (o Breizh), mide unos 600 kms con siete etapas principales constituyendo una vuelta. Se necesita casi un mes para recorrer todo el Camino.
Una leyenda cuenta que todos los bretones tenían que hacerlo cuando vivian y que así llegarían al paraíso. Y el que no lo hubiera hecho tendría que hacerlo muerto y que se avanzaría cada año de la longitud de su ataúd. No le recuerda una leyenda gallega, la del santuario de San Andrés de Teixido, cerca de Cedeira, “A San Andrés de Teixido vai de morto o que non foi de vivo”?.
Como para el Camino de Santiago, los hay que lo recorren por causas religiosas o para cumplir con un deseo, otros deportivas, otros para descubrir un rico patrimonio histórico. El Tro Breiz(h) se puede recorrer sólo, en pequeño grupo de amigos o en procesión: el mes pasado la etapa Saint Brieux-Saint Malo contó unos 1200 peregrinos, el más joven de 8 años y el más anciano de … 86 ¡
Para saber más: www.trobreiz.com
Nos amis bretons pourront au sujet du dicton selon lequel celui qui n’a pas effectué le Tro Breiz de son vivant le fera une fois mort en avançant chaque année de la longueur de son cercueil, se reporter à une légende identique, celle du pèlerinage à San Andres de Texeido près de Cedeira. Il y a également d’autres croyances que nous retrouvons en Bretagne comme le culte des fontaines, l’herbe d’amour ( en galicien: herba de namorar), les sanandreses ....

PAYS D’AURAY : un « Automne autrement » galicien.
La Galice sera présente lors du festival « Un automne autrement » qui se déroulera du 14 octobre au 18 novembre dans les communes du Pays d’Auray. Pour toutes précisions : www.un-automne-autrement.com
Carnac: « Alfonso Castelao : le regard d’un galicien sur le patrimoine religieux breton ». Conférence de Pierre Joubin samedi 13 octobre à 15h, Espace Terraqué à Carnac. Alfonso Castalao est venu à Carnac en 1929 et réalisé plusieurs gravures dont le calvaire du Tumulus Saint Michel. Entrée libre.
Brec’h : notre Comité présentera le documentaire de Félix Blume « Tempo da recolleita » mercredi 24 octobre à la Chapelle des Fleurs en Brec’h. Le parcours de jeunes collecteurs de chants traditionnels dans la région de Pontevedra. Entrée libre.

LA GALICE A DOUARNENEZ :
Le 35° Festival de Cinéma de Douarnenez était cette année consacrée aux Communautés Autonomes d’Espagne et plus particulièrement la Galice, la Catalogne, le Pays basque et l’Andalousie, communautés à forte identité culturelle.
Pendant plus d’une semaine le festival a jeté un regard sur les peuples, les territoires, les minorités au travers de films, de débats, de conférences, d’expositions. Comme le proclame le programme « L’édition 2012, dans une Europe bancaire et financière de la casse et de l’asservissement des peuples à l’économie mondiale, dont l’Espagne est insupportablement aux premières lignes, tentera de faire contre-feux, d’ouvrir des brèches, de faire entendre les langues ».
Le pari a été tenu au-delà de toute espérance.
De plus, le 23 août, s’est tenue une journée littéraire qui a croisé des voix singulières sur le thème du réalisme social, l’engagement des jeunes auteurs, la présence des langues régionales avec la participation de Jorge Carrión et Manuel Rivas.
Dans un entretien à Ouest-France, il a notamment déclaré : « Quand j'étais jeune, à 11 ou 12 ans, j'écrivais ce que j'appelais alors avec beaucoup de prétention des poèmes, en langue galicienne. Je n'ai jamais théorisé ou crée un discours autour du fait que j'écrive en galicien. En 1957, quand je suis né, le galicien n'était pas enseigné à l'école ou l'université, c'était la langue de la famille, des ouvriers, de la fête... Quand quelqu'un mourrait, les gens parlaient galicien entre eux lors de la veillée, mais parlaient espagnol au curé. Le galicien, c'était le langage du pauvre. Il n'y avait pas de livres chez moi. Mais ma mère pouvait réciter des poèmes très anciens, hérités du Moyen Âge, par cœur. C'était des écrits dans l'air... C'était un acquis culturel très élevé. Je ne crois pas qu'il existe de différence entre un supposé galicien populaire et un castillan élitiste. De mon point de vue, écrire en galicien, ce n'est pas une démarche de repli sur soi, au contraire ».

Autre témoignage poignant publié par Le Télégramme, celui de Blanca Campos, 67 ans, qui vit dans la région parisienne, où ses parents se sont installés après avoir fui la dictature franquiste. Elle a passé la semaine à Douarnenez avec son compagnon Aimé Marcellan, invité du festival comme coscénariste d'«Un autre futur», un documentaire qui fait la lumière sur l'action d'un syndicat de travailleurs espagnols qui s'est opposé avec force au régime franquiste. Un pan occulté de l'histoire officielle en Espagne. Pour Aimé, comme pour sa compagne, faire resurgir cette «mémoire empêchée», comme ils disent, est une nécessité.

Exposicións:  Suite Galicienne

Le musée du Peuple de Galice, Palais de San Domingo de Bonaval à Saint Jacques de Compostelle, présente du 12 septembre au 28 octobre une expositions de photos de Claude Le Gall intitulée: “Suite galicienne”.
"Eu nacín bretón, ao bordo do mar, na costa setentrional de Finistère, pero por veces penso que en lugar de se ter detido en Armórica, os meus ancestros, sen dúbida chegados de Cornualles ou de Gales, ben poderían ter continuado deica Galicia.
Antes de pisar terras galegas, dedicárame a fotografar durante varios anos a vida cotiá en Irlanda, antes de ue o desenvolvemento económico dos anos 90 modificase considerablemente o país. En Galicia atopei unha atmosfera semellante, que me lembraba a Bretaña da miña infancia.
Desde aquel ano de 1987 ata hoxe puiden comtemplar moitos cambios en Galicia: a apertura ao turismo de masas, por exemplo. No entanto, as tradicións mantéñense vivas e a hospitalidade dos galegos apenas mudou. Iso é o que me fai volver case todos os anos."
Grial, 187, xullo-setembro 2010.
Museo de Pobo Galego, 12/09/2012 - 28/10/2012

Claudio Rodriguez Fer, intronisé Docteur Honoris Causa de l’Université Rennes 2 en juin dernier, nous a adressé son discours de récipiendaire en français, castillan et galicien. Le texte est à disposition sur simple demande.

LA VIE DES JUMELAGES:

LESNEVEN – AS PONTES :     “Benvidos !”                        
Du fait, probablement, de la grave crise économique qui frappe l’Espagne, les Galiciens d’As Pontes ont été moins nombreux, cette année, lors du séjour organisé à Lesneven du 29 juillet au 6 août. Une vingtaine de Galiciens, au lieu d’une quarantaine habituellement, a fait le déplacement.
Hébergés, comme à l’accoutumée, dans des familles de Lesneven et des environs, les Pontésiens ont participé à deux excursions. La première les a conduits à Océanopolis (Brest), au fort de Bertheaume, au Conquet et à la pointe Saint-Mathieu où commence l’un des chemins de Saint-Jacques en Bretagne. La seconde balade leur a permis de découvrir l’intérieur du département et plus particulièrement les Monts d’Arrée : Sizun, Commana, le mont Saint-Michel de Brasparts et Huelgoat.
Deux soirées de concerts ont aussi réuni les visiteurs galiciens et leurs familles d’accueil, l’une à Brest pour les Jeudis du Port (concert de Tristan Nihouarn), et l’autre à la salle Arvorik de Lesneven où se produisait le groupe Jeff Tréguer Quartet. Le maire d’As Pontes, présent à Lesneven pendant quelques jours, a d’ailleurs insisté pour que ces musiciens de Blues et de Ryth’n’Blues soient présents à As Pontes, l’été prochain, pour le fameux festival de La Fraga qui se déroule chaque année le 24 juillet. Par ailleurs, le Bagad Bro Even, qui s’était rendu à As Pontes en juillet 2011, a animé les différentes manifestations en l’honneur des invités Galiciens.
La délégation Galicienne, conduite par Antón Ferreiro, président de l’Irmandade, Valentín Gonzalez Formoso, maire d’As Pontes, et son adjointe à la culture Sara Ramos Rodriguez, a évidemment été reçue à la mairie par Jean-Yves le Goff et son équipe municipale, et a visité une partie des installations communales ainsi que le traditionnel marché du lundi (Photo).
Parmi les anecdotes qui ont émaillé ce séjour, on peut signaler que du blé breton poussera bientôt en Galice : José López Fernández, boulanger à As Pontes, a tenu à emporter dans ses bagages du grain léonard qu’il compte semer à As Pontes pour en faire un pain bretono-galicien.
D’autres délégations étrangères était présentes à Lesneven en même temps que les Galiciens, dans le cadre des jumelages et pactes d’amitiés de la commune : cinq Allemands de Bad Heilbrunn (Bavière), cinq Slovaques de Kezmarok, et deux Gallois de Carmarthen. Antón Ferreiro en a profité pour nouer des contacts avec ces visiteurs de l’Est et il ne serait pas étonnant de les retrouver à As Pontes ces prochaines années.
En juillet 2013 ce sont les Lesneviens qui, à leur tour, séjourneront à As Pontes pendant une semaine. D’ici là, ceux qui le souhaitent pourront suivre les cours du soir d’Espagnol organisés par le Comité de Jumelage de septembre à juin. A propos de langue, on remarque, de la part de tous ceux qui s’intéressent au jumelage, un intérêt croissant pour la langue galicienne. Il n’est donc pas impossible que des cours de galego soient, un jour, dispensés à Lesneven.
Claude Le Menn, Président du Comité de Jumelage Lesneven – As Pontes.

* Signalons que le Jumelage Lesneven - As Pontes est désormais présent sur Facebook :   http://www.facebook.com/#!/profile.php?id=100002753199293
Vous pouvez consulter le site www.lesnevenaspontes.webou.net

AS PONTES DE PLAYA Y DE FIESTAS :
Heureusement qu’en ces temps difficiles l’on peut se retrouver pour faire la fête ! De ce point de vue As Pontes « lo pasa bien » ...
As Pontes dispose désormais de sa propre plage inaugurée par le maire Valentín González Formoso en présence de milliers d’habitants de la commune et de toute la Galice. Moments de détente et de satisfaction pour les baigneurs qui purent se baigner dans l’eau à 22° et profiter des aménagements mais aussi moments d’émotion pour les habitants qui vivaient là et dont les maisons - dont celle des parents de notre ami Anton Ferreiro, président du Jumelage As Pontes-Lesneven - ont été avalées par la carrière aujourd’hui submergée par le lac.
La plage résulte de la réhabilitation de l’ancienne mine de charbon ouverte en 1948. Le lac couvre une superfcie de 8 kms², une périphérie de 18 kms et une profondeur de 200 mètres. La plage est aménagée.
De nombreuses animations ont ponctué cette inauguration : plusieurs concerts furent donnés par l’Ecole de Musique, la Banda Municipal et le groupe Muxarega, un tournoi de football eut lieu et la soirée fut conclue par un feu d’artifice.
Festas do Carme: ces fêtes qui célèbrent la patronne de la Ville ont débuté le 20 juillet avec procession, défilés, contes, tapis floraux, artisanat, concerts, bal et de nombreuses animations.
Et dans la foulée, Fête de Fraga laquelle se déroule depuis 1904. Classée d’intérêt touristique elle a accueilli cetet année un grand concert avec Susana Seivane (ici aux côtés de notre ami Antón) et le groupe Siniestro Total. La belle gaitera a tellement enflammé le public que la colline toute proche s’est embrasée jusqu’au lendemain matin ! Pyrotechnie absolument indépendante de la volonté des organisateurs ...


GUERLEDAN-SARRIA
Une trentaine de Galiciens de Sarria ont séjourné en familles durant cinq jours en ce mois d’août à Mur de Bretagne. Visite du Huelgoat, Interceltique, Mont Saint Michel mais aussi des conférences sur le thème de l'environnement et les énergies renouvelables ont ponctué ce séjour qui a enchanté les visiteurs. Elvira Vila, présidente du comité galicien a déclaré :  « Ce voyage restera un grand souvenir. Tout a été harmonieux et l'accueil des Mûrois très chaleureux. Le programme très riche nous a permis de renforcer des liens d'amitié, d'échanger des points de vue, d'évoquer des projets communs pour les mois à venir » Elle s'est félicitée de la forte participation des jeunes à cet échange, « parce que ce sont eux qui vont pérenniser les relations entre nos deux régions ».
L'an prochain, le comité de jumelage Guerlédan-Sarria fêtera ses 15 ans. Les festivités auront lieu en Galice. Une exposition de photos sur la vie du comité et sur les problèmes liés à l'environnement est envisagée. Signalons par ailleurs que les échanges scolaires se poursuivent à la satisfaction de tous tant pour le collège Paul Eluard que pour le collège Saint Joseph.

QUIMPER-OURENSE : un groupe d’une vingtaine de quimpérois se rendra à Ourense du 7 au 17 septembre. Visite d’Ourense, des Gorges du Sil, Saint Jacques, Côte de la Mort ... Un nouveau voyage est prévu en avril 2013.
Le Comité participera les 22 et 23 septembre au festival « A table » et y proposera de déguster des produits galiciens.

Vannes : premier échange avec l’EOI de Pontevedra.
L’association vannetaise « Amigos de España » entretient un e-twinning avec l’Ecole Officielle de Langue de Pontevedra. Plusieurs adhérents de l’association ont ainsi un correspondant en Galice. Cet été, un pas supplémentaire a été franchi avec la visite effectuée par Maria qui est venue passer une quinzaine de jours à Saint Avé chez Emilie qui s’est rendue à son tour à Pontevedra en août. « Emilie y yo hemos ido a Los Cañones del Sil, las termas de Orense, A Coruña (para visitar la torre de Hércules y dar un paseo por la ciudad), Santiago de Compostela, hemos salido con mis amigos a la playa y al cine, a Pontevedra y a Vigo y hemos estado durante 3 días en casa de mis abuelos en Redondela y nos lo hemos pasado muy bien” nous a écrit Maria.

Vannes : un partenariat Comenius Regio :
A l’initiative de Carlos Vidal, président de l’association des professeurs de français de Galice un partenariat Comenius Regio a été élaboré entre Vannes et Oleiros.
Les partenariats Comenius Regio ont pour objet de favoriser la coopération régionale dans le domaine de l'enseignement scolaire, ainsi que l'échange d'expériences entre régions et villes d'Europe.
Ces partenariats aident les autorités régionales et locales à améliorer les options éducatives proposées aux élèves en âge scolaire. Les autorités régionales sont invitées, avec les écoles et autres partenaires compétents de leurs régions ou villes, à former un réseau avec d'autres régions européennes et à collaborer sur tout sujet d'intérêt commun.
C’est un tel projet dénommé « Echangeons nos échanges » qui a été mis au point par l’équipe de l’IES Xosé Neira Vilas d’Oleiros, la Concelleria de Educacion de la Xunta, l’association des professeurs de français de Galice et côté breton, le collège Notre Dame Le Ménimur, la Ville de Vannes et notre Comité Bretagne-Galice (le président étant lui-même vannetais) et approuvé par les instances européennes.

ECHANGE SCOLAIRE CROZON-VALDOVIÑO ...
Les échanges fonctionnent bien entre le collège Alain de Crozon et celui de Valdoviño commune proche de Ferrol sur la ria de Cedeira. Début mars 24 élèves finistériens ont été reçus en Galice.
Et en mai, ce sont les galiciens qui sont venus à Crozon pour une semaine accompagnés par leur professeur madame Begoña Lourido. Ils ont suivi des cours en commun et visité la presqu’ile, Quimper, Concarneau, navigué sur La Belle Étoile et ont été reçus à la mairie.
... ET MUR-SARRIA
47 élèves de troisième du collège Paul-Éluard ont effectué un séjour d'une semaine en Galice. Ils ont fait étape à Bilbao pour visiter le musée Gugenheim et ses oeuvres d'art contemporain. Puis, ils ont continué vers Sarria où ils ont été accueillis à l'Instituto Gregorio-Fernandez. Ils ont pu faire des échanges linguistiques, culturels et sportifs, avec les élèves galiciens et ont effectué une marche sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. Ils ont également visité La Corogne, Viveiro, Lugo et Saint-Jacques-de-Compostelle.
---------------------------------------------------
Des jumelages hors de Bretagne :
Hors de nos cinq départements mais pas trop loin de nous, d’autres communes de l’Ouest sont jumelées avec des collectivités galiciennes.

Treize Septiers- Cabana de Bergantiños :
A 40 kms au sud de Nantes, Treize Septiers (Vendée) compte environ 3000 habitants. La commune s’est jumelée en août 2007 avec Cabana de Bergantiños, commune de 5000 habitants de la province de La Corogne située sur la Côte de la Mort (Costa da Morte). Sa situation constitue une des ressources de Cabana pour la pêche avec l’agriculture, l’élevage et le tourisme. Les principaux sites touristiques sont le Dolmen de Dombate, vestige mégalithique qui a inspiré à Eduardo Pondal le poème "Queixumes dos pinos" (1885), poème duquel est extrait l'hymne galicien, Os Pinos et le Castro de Borneiro.

Olonne sur Mer et A Laracha
Le Comité de Jumelage Olonne / A Laracha a été créé en Juin 2010 au moment de la signature officielle de la Charte de Jumelage entre les 2 villes. A 100 kms de Nantes en Vendée, Olonnes sur Mer compte 13000 habitants, A Laracha 11.000. La ville est proche de Carballo jumelée avec l’Ile Jourdain (Gers).
Très actif le comité organise de nombreuses activités afin de favoriser les échanges entre les 2 communes : soirées galiciennes avec dégustation d'empanadas, de Tartas de Santiago et vins galiciens. Soirée sur le thème des Chemins de Saint Jacques avec la participation de pèlerins. Cours de langue espagnole.
Le Comité veut aussi favoriser les actions en direction de la jeunesse et des scolaires. Les membres des 2 Comités de Jumelage ont déjà eu plusieurs fois l'occasion de se rencontrer, de faire connaissance, de s'apprécier et de nouer des liens d'amitié. Ainsi à l'invitation de la Municipalité d'Olonne, une délégation emmenée par le Maire de A Laracha est venue participer aux fêtes organisées à l'occasion du départ du Tour de France en juillet 2011. Et en septembre,une délégation du Comité de Jumelage s’est rendue à A Laracha à l'occasion des Fêtes de la Virgen de Los Milagros. En Juillet 2012, une délégation de A Laracha avec danseurs, musiciens vient participer avec des représentants des autres Comités de Jumelage à la Grande Fête des Jumelages.
En Septembre 2012, il est prévu qu'une délégation d'Olonnaises et d'Olonnais se rende à A Laracha pour les Fêtes Patronales.
www.olonnessurmer.fr    olonne.laracha@orange.fr    www.concellolaracha.com

Et un peu plus loin .... l’Isle Jourdain – Carballo :
L’Ile Jourdain est une commune du Gers à 35 kms de Toulouse. Elle compte 8000 habitants L’origine du jumelage remonte à un échange scolaire effectué en 1983. Comme l’échange s‘était bien passé, d’autres ont suivi et le jumelage a été signé en 1994.
Carballo, capitale de la contrée de Bergantiños, 31.000 habitants, est située sur la Côte de la Mort. Son patrimoine naturel et historique est très riche : la commune compte 22 castros ! Et un pain célèbre car élaboré selon des méthodes traditionnelles, il y a d’ailleurs une Fête du Pain.
LES FETES DE L’ETE EN BRETAGNE.....
Kann Al Loar : malgré le mauvais temps et la concurrence du « tonnerre brestois », le Festival Kann al Loar de Landerneau s’en est plutôt bien sorti. En tête d’affiche Susana Seivane et le Bagad de Lann Bihoué à peine remis du défilé du 14 juillet sur les Champs Élysées.

Interceltique : malgré une légère baisse des entrées, le cru 2012 de l’Interceltique a tenu toutes ses promesses et dignement reçu les cousins acadiens. Et la galice comme toujours était très présente avec Budiño, et les groupes As beiras do Ulla, Dambara, Kerkennai, Quempallou. L’an prochain, ce sont les Asturies qui seront à l’affiche.
Xosé Manuel Budiño, enfant de Moaña, terroir du festival folk de Morrazo est un musicien galicien de par ses origines, universel par sa destinée. Budiño est un artiste atypique, un fervent militant de l’innovation musicale, qui domestique le vent pour le convertir en musique. Dès le début de sa carrière, l’artiste a su adapter un instrument ancestral comme la gaita aux exigences de l’ère digitale actuelle.
"J'ai découvert le Festival à 15 ans et il m'a fait découvrir que sonner serait ma vie " a-t-il rappelé avant son concert.
Le groupe de danses et de musique "As Beiras do Ulla" est né autour de la rivière Ulla. Fort de ses 24 danseurs, 14 tambourineurs et d’un corps instrumental de 8 personnes avec cornemuses, percussions et accordéons, il s’est produit dans différentes villes au niveau national mais aussi international et donc à Lorient pour le plaisir de tous.
La banda Dambara née à Burela en 2008 allie musique traditionnelle et adapte autant les Beatles que Verdi. Le spectacle présenté cette année a reflèté la tradition musicale de fanfares militaires abondant en Galice à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, qui avaient quelque chose à voir avec le monde marin ou celui de la navigation. Ces formations musicales ont su imposer la cornemuse dans un univers dominé par les cuivres, les instruments à vent et les percussions. En outre, le groupe remet en valeur l’uniforme militaire et de la marine.
Originaire de Pontevedra (Galice), Quempallou, composé de 5 garçons, allie la musique traditionnelle galicienne et des compositions plus récentes en passant par des thèmes comme la polka, le pasodoble ou encore la rumba. Avec plus de 12 années d’expérience derrière lui, Quempallou est l’un des groupes galiciens les plus représentatifs en matière de musique folk. Ses musiciens souhaitent conserver leurs racines tout en regardant vers l'avant leurs albums sont le reflet d’une évolution musicale constante.
La Saint-Loup de Guingamp a connu un grand succès. La Galice était représentée par le groupe Indequanzas de Tui.
Pornic : le Ballet d’Eduardo Alves Da Dosta a participé ce été à un concert à Pornic et au 26° Pardon de La Baule.

... ET EN GALICE : ORTIGUEIRA – MORRAZO malgré la crisis .....
Ortigueira a vécu au son des gaitas et cornemuses lors du 28° Festival del Mundo Celta. 50.000 personnes ont bravé les morosités tant météorologiques que sociales, le budget ayant été revu à la baisse. Malgré cela, la Bretagne était présente avec la prestation du Bagad de Quimper qui allait quelques jours plus tard remporter pour la vingtième fois le concours de Lorient ! Le Festival s’est achevé par le traditionnel défilé des groupes d’Ecosse, Asturies, Castille-Leon, Quimper et bien sûr de Galice.

Le Festival de Moaña a pu cette année encore faire front face à la crise. Sa 28° édition a dû réduire la toile, le budget ayant également été fortement amputé. Malgré cela deux jours de fête et une affiche moindre avec en vedette le musicien écossais Fred Morisson (avant de s’envoler direction Lorient) et le gaitero local Anxo Lorenzo accompagné du violoniste irlandais Eoghan Neff  (Photo: Gonzalo Núñez ) et du portugais Luis Peixoto, qui ont fait vibrer le public de la station du Morazzo. A noter : une intéressante exposition d’instruments traditionnels à cordes, vielles, sifflets, gaitas, flûtes ...

CATOIRA : ET LES VIKINGS DÉBARQUÈRENT ....
Chaque premier dimanche d’août, les habitants de Catoira mettent en scène, à travers un singulier spectacle, les invasions vikings souffertes il y a mille ans.
Des milliers de personnes se rendent chaque année le premier dimanche d’août dans cette localité pour assister à cette intéressante fête populaire. Depuis 1960, les habitants de Catoira, costumés en guerriers vikings, recréent l’attaque pirate de la ville.
La fête commence vers 10 heures du matin, avec des spectacles de groupes folkloriques dans les rues de Catoira et auprès des tours del Oeste, où se tient la manifestation. Cette enceinte fortifiée du IXe siècle (l’un des principaux héritages archéologiques et historiques de Galice, qui a résisté pendant des siècles aux attaques) montre les vestiges de deux tours ainsi qu’un ermitage dédié à l’apôtre Saint-Jacques. À cet endroit, où se dresse un marché médiéval, les participants sont invités pour le déjeuner à déguster des moules et du vin de l’Ulla. C’est ensuite que se déroule le point fort des festivités : le débarquement. À bord de la réplique d’un bateau viking du XIIe siècle, les envahisseurs du nord se dirigent vers les Tours del Oeste. Les habitants de la ville tentent de résister : c’est alors que se produit une bataille simulée, d’où les participants reviendront totalement imprégnés de vin. Après le combat, tout le monde reprend des forces dans un repas champêtre de fraternisation au son des gaitas (cornemuses) typiques, où sont servis des produits du terroir comme le poulpe, les sardines grillées et l'empanada (sorte de friand). Les festivités se poursuivent jusque tard dans la soirée avec un bal populaire agrémenté d’autres activités comme un discours littéraire ou une représentation théâtrale.

VUELTA : LOS ANCARES POUR RODRIGUEZ.
C’est le catalan Joaquim « Purito » Rodriguez qui s’est imposé en cette quatorzième étape de la Vuelta, la première de haute montagne qui a conduit le peloton de Palas de Rei au col d’Ancares en passant par Sarria. 149 kms très disputés puisque Purito l’a emporté de six secondes devant Contador, ( 23 au classement général). A une semaine de l’arrivée à Madrid, il conforte ainsi par cette troisième victoire d’étape son maillot rouge de leader. Les deux premiers français au classement général sont Maxime Bouet (à 15 minutes) et Rémi Pauriol ( 20 minutes).
La 68° édition de la Vuelta partira le 24 août 2013 des Basses Rias pour s’achever à Madrid.

EN BREF ....
3.559 Galiciens ont émigré depuis janvier. La Communauté a perdu 11.508 habitants en un an.
Pour l’ensemble de l’Espagne plus de 40.000 personnes se sont expatriées dans le même temps (+ 44% en un an).

Notre prochain bulletin sortira le 1er novembre.
Envoyez vos participations avant le 15 octobre.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire